La dermatite atopique canine

Marie-Christine Cadiergues
Dr Vétérinaire, spécialiste en dermatologie vétérinaire
INP-ENV Toulouse

 

Dermatite atopique

La dermatite atopique est une forme d’allergie d’origine génétique et accompagnée de démangeaisons, au cours de laquelle l’animal développe plus facilement des allergies à des facteurs de l’environnement, habituellement des pollens et des acariens de la poussière. Les symptômes les plus fréquents sont des démangeaisons et/ou une inflammation de la face, des oreilles, des pattes, de l’aine et de l’ars, seules ou associées, ou des démangeaisons généralisées à l’ensemble du corps. De plus, les animaux atopiques sont sujets aux infections cutanées par des bactéries ou des levures, ce qui aggrave les démangeaisons et l’inflammation. En conséquence, l’animal peut aussi souffrir des blessures qu’il s’inflige en se grattant, d’infections cutanées, et d’autres modifications liées à la maladie. La dermatite atopique est incurable, et la plupart des animaux atopiques nécessitent un traitement à long terme. En raison de son caractère génétique, les animaux affectés par cette maladie ne devraient pas être destinés à la reproduction.


Traitement et prise en charge

Lorsqu’elles sont présentes, on doit commencer par traiter les infections secondaires de la peau et des oreilles. Il est fréquent que cette mesure apporte un certain soulagement à l’animal. Un traitement d’entretien, le plus souvent topique (shampooings, nettoyants auriculaires, crèmes) peut s’avérer nécessaire en raison du risque de rechutes. Chez certains animaux atopiques, ces mesures peuvent être suffisantes pour ramener les démangeaisons à un niveau acceptable (voir « Seuil de démangeaisons » ci-après). Cependant, un traitement plus spécifique de la dermatite atopique est généralement nécessaire. Il existe de nombreuses options thérapeutiques, qui peuvent être associées. Le plus souvent, ces traitements spécifiques ne sont pas efficaces lorsqu’une infection est présente, c’est pourquoi il faut la traiter préalablement. Il n’existe pas de traitement standard de la dermatite atopique : un plan de prise en charge à moyen ou long terme adapté à chaque cas doit être envisagé avec votre vétérinaire, en tenant compte du mode de vie de l’animal.

 

Seuil de démangeaisons

C’est l’intensité de lésions ou d’inflammation cutanées quel’animal tolère sans ressentir de démangeaison. Il dépend de nombreux facteurs, dont l’importance varie pour chaque individu : notamment, les allergies à expression cutanée, les piqûres de puces (même lorsque l’animal n’y est pas allergique), la sécheresse de la peau, la température ambiante, et les infections cutanées bactériennes ou fongiques. Il est fréquent que le traitement d’un ou plusieurs de ces facteurs ramène les démangeaisons à un niveau acceptable. Par exemple, il est indispensable de maintenir un traitement antiparasitaire externe strict dans tous les cas de dermatite atopique.

 

Eviction de l’aller gène

C’est le meilleur moyen de prise en charge de la dermatite atopique, mais elle n’est possible que pour certains allergènes, tels que la laine ou les plumes. Il est très difficile d’éviter le contact avec la poussière. Cependant, il est parfois possible de réduire l’exposition (par exemple en interdisant l’accès aux chambres aux animaux allergiques aux acariens de la poussière), ce qui peut entraîner une amélioration des signes.


Shampooings et lotions

Les shampooings et les lotions participent à la suppression des allergènes de la surface cutanée, à l’adoucissement de la peau, et éventuellement à traiter ou prévenir les infections. Les produits sont sélectionnés au cas par cas, en fonction de l’état de la peau de votre animal et de son évolution.


Soins des oreilles

Il est fréquent qu’un chien atopique souffre d’otites, parfois cela peut être le seul signe. Il est impératif d’inclure les oreilles dans la prise en charge de la dermatite atopique. Votre vétérinaire vous indiquera quel nettoyant utiliser, à quelle fréquence et selon quelles modalités.

 

Traitement antiparasitaire externe

Il est absolument impératif de protéger votre animal contre les puces car ces parasites peuvent causer des démangeaisons qui viendront s’ajouter aux démangeaisons causées par sa maladie. Le traitement doit être pratiqué tout au long de l’année, y compris l’hiver et doit inclure tous les animaux du foyer. Les produits qui agissent par voie orale seront privilégiés dans la mesure où l’état de la peau et les soins fréquents de type shampooings peuvent altérer l’efficacité de produits insecticides appliqués sur la peau (pipettes, sprays).


Désensi bilisation (Immunothérapie spécifique d’allergènes) 

Le but de ce traitement est de réduire la réponse excessive de l’animal aux allergènes de l’environnement, par une série d’injections contenant ces allergènes. C’est le traitement le moins dangereuxà long terme, et il est efficace dans 50 à 70% des cas, à des degrés variables, mais peut mettre 9-12 mois à prendre effet. Dans la plupart des cas, le traitement devra se poursuivre à vie, et il pourra être nécessaire de l’accompagner d’autres mesures thérapeutiques. Le contenu des injections est préparé pour chaque patient, selon les allergènes impliqués. Un test cutané, une prise de sang, ou les deux, dont l’objectif est de tester un ensemble d’allergènes (pollens, éléments de la poussière) est nécessaire pour identifier les allergènes responsables.

 

Antihistaminiques

Ils sont efficaces dans la prise en charge des démangeaisons dans 22% à 30% des cas pour les chiens, et probablement 40% pour les chats. S’ils ne se révèlent pas efficaces, ils peuvent néanmoins être
utiles en association avec d’autres traitements. Malheureusement, il n’est pas possible de déterminer quels antihistaminiques, parmi ceux existants, peuvent être efficaces pour un patient en particulier.
Le seul moyen est d’effectuer des essais thérapeutiques d’une durée de 4 semaines pour chaque antihistaminique, afin d’établir son efficacité et ses effets secondaires éventuels.

 

Supplémentation en acides gras essentiels

Des études ont montré que la supplémentation en acides gras essentiels soulage à elle seule 11 à 26% des chiens et chats souffrant de démangeaisons d’origine allergique. Elle potentialise l’effet de certains immunomodulateurs non spécifiques et des antihistaminiques, permettant d’en diminuer les doses. Elle est également utile pour renforcer la barrière cutanée, ce qui permet aussi de contrôler les infections. On peut utiliser différentes formulations et l’effet peut n’apparaître qu’après 2 à 3 mois.


Immunomodulateurs non spécifiques

Ce sont les médicaments les plus fréquemment mais parfois les plus mal utilisés dans le traitement de la dermatite atopique. Ils sont efficaces pour supprimer les démangeaisons et certains, par leur action rapide, peuvent revêtir un intérêt dans le traitement des crises. Leur coût est variable selon le produit. Comme tout produit agissant sur le système immunitaire, ils sont susceptibles de causer des effets secondaires, surtout lorsqu’ils sont utilisés à forte dose et/ou de façon répétée, quotidienne ou prolongée. La réponse d’un animal à ce traitement et sa sensibilité aux effets secondaires est très variable. Un suivi est nécessaire à une fréquence qui sera définie par votre vétérinaire. Néanmoins, lorsqu’ils sont utilisés de manière sensée, ils apportent un soulagement qui contribue au mieux-être de l’animal. Ils ne doivent jamais être utilisés à la discrétion du propriétaire, et les modifications de dose ou de fréquence d’utilisation doivent toujours être réalisées sur l’avis d’un vétérinaire.


Suivi

Contrôler la dermatite atopique nécessite une coopération étroite entre les propriétaires et le vétérinaire. Le bilan complet initial est suivi d’un contrôle attentif des effets souhaités et secondaires du traitement. Le propriétaire deviendra un expert de la maladie de son animal. Cependant, il faudra prendre garde à ne pas attribuer à la dermatite atopique toute augmentation de l’intensité des démangeaisons : l’animal peut développer des démangeaisons causées par une maladie totalement différente (par exemple la gale) ou bien d’autres allergies, nécessitant de nouveaux examens.

 

N’oubliez pas :
La dermatite atopique est incurable, mais elle peut habituellement être bien contrôlée,
avec un risque minimal de complications.
Le propriétaire et le vétérinaire doivent former une équipe pour le confort de l’animal.

Actualités

MP LABO / LABORATOIRE DESTAING présents à l'AFVAC : Puy du Fou 22 au 24 septembre 2017
19/09/2017

MP LABO / LABORATOIRE DESTAING présents à l'AFVAC : Puy du Fou 22 au 24 septembre 2017

Voir l'actualité

ArtinVet et le Laboratoire Destaing ont conclu un accord pour la commercialisation du produit Vexoderm
31/07/2017

ArtinVet et le Laboratoire Destaing ont conclu un accord pour la commercialisation du produit Vexoderm dans le but d'élargir son utilisation chez les vétérinaires...

Voir l'actualité

Les Laboratoires DESTAING présents au 42ème congrès de la FNOSAD du 17 au 19 novembre 2017
21/06/2017

Les Laboratoires DESTAING seront ravis de vous accueillir sur leur stand à l'occasion du congrès. 

Voir l'actualité

Les Laboratoires Destaing seront présents au cours du GERDA
09/05/2017

Retrouvez-nous sur notre stand du 28 au 30 septembre 2017

Voir l'actualité

Qui sommes nous ?

Le Laboratoire Destaing est spécialisé dans le diagnostic et le traitement des allergies chez le chien, le chat, le cheval, et aussi dans le diagnostic des allergies de contact chez l'homme.

: contact@destaing.com
: +33 (0)4 93 42 02 00
: +33 (0)4 93 42 03 00


Sociétés du groupe Destaing Participations